Les convives

Les repas

 Une trentaine de convives se retrouvent pour partager un repas complet et chaud (entrée, plat et dessert) servi à table par les bénévoles. Plus encore qu’un repas, c’est un moment de partage et de rencontre, de chaleur humaine et d’entraide.

Quand et où ?

 Ces déjeuners ont lieu 3 fois par semaine à 12h : le jeudi à l’Église protestante Unie au 44 Boulevard des Batignolles, 75017 Paris et le mardi et le samedi dans deux paroisses du quartier Batignolles / Epinettes.
 Comment s'y rendre: cliquer ici
 Le samedi les convives ont la possibilité de prendre une douche et de faire leur lessive en s’inscrivant à l’avance.

Qui peut bénéficier des repas ?

 Les repas sont ouverts aux convives de tous horizons : origine ethnique, religieuse, sexe, âge (même si nous ne sommes pas habilités à accueillir des enfants)
 Ils sont proposés aux personnes démunies, en priorité du quartier Batignolles Epinettes.

Combien ça coûte ?

 Les repas sont gratuits.

Que faut-il faire pour déjeuner?

 Se rendre à l’accueil de l’Église protestante Unie (44 Boulevard des Batignolles, 75017 Paris) le jeudi matin de 10h30 à 11h45 afin de :
  1. dans un premier temps, s’inscrire.
  2. Une équipe d’accueil bienveillante et compétente sera là pour vous écouter, vous orienter, et vous indiquer les conditions et documents nécessaires pour vous inscrire.
  3. et par la suite, récupérer les tickets repas de la semaine qui donnent accès aux déjeuners.

Quels engagements ?

 Nous veillons à offrir à chacun non seulement un repas mais aussi un cadre de partage et d’amitié, ce qui exige le respect de certaines règles très simples :
  • Venir chaque fois que l’on a été inscrit pour un repas (remise d’un ticket) ou prévenir si possible si l’on a un empêchement.
  • Ne venir que si l’on a été inscrit, les repas ne sont prévus que pour le nombre de personnes inscrites.
  • Faire preuve de respect à l’égard des autres convives et des bénévoles.

Témoignage

Monsieur B (recueilli en décembre 2017)

Ancien cadre électrotechnicien à Paris responsable d’une équipe d’une 20aine de personnes gare du Nord. Du jour au lendemain, surmené par son travail, il est victime d’un burn-out, il quitte brusquement son emploi et se retrouve très rapidement sans domicile.

 Tout les matins je réalisais un parcours à pied dans Paris. Un jour sur le boulevard des Batignolles, le Boulanger Julien, me voit et me donne un sandwich du jour. C’est là qu’une personne qui était juste en face me dit que je peux venir au Temple pour profiter d’un repas chaud. Je suis finalement venu au Temple 15 jours après. Je suis rentré, ils ne m’ont rien demandé, seulement mon nom, on m’a donné un ticket pour le jeudi et j’ai mangé, puis ils m’ont dit « la semaine prochaine vous viendrez et on vous donnera le ticket pour le jeudi, le samedi et le mardi suivant ». Au bout d’un mois, je me suis rendu compte que le mardi et le jeudi il y avait des personnes âgées, je les ai aidées à mettre les tables et c’est là que j’ai connu Monique qui m’a dit : « il faudrait que vous fassiez vos papiers ». On était en mars. Je suis venu toutes les semaines aux repas partagés mais ce n’est qu’au mois de septembre que je me suis décidé à faire mes papiers. Rue des Apennins, le secours Catholique, où je prenais mon petit déjeuner, là aussi des anciens m’ont dit « va faire tes papiers, tu y as droit ! ». 6 mois plus tard j’avais des papiers et j’étais hébergé dans un hôtel à Malakoff et encore 6 mois après j’avais retrouvé un CDD qui s’est transformé en CDI. Je suis aujourd’hui à la retraite. « Je repassais certains matin pour les aider à mettre les tables, mais je ne voulais pas bénéficier des repas car maintenant c’est à moi de rendre. »
 «Les repas partagés ce n’est que du positif ! Quand c’est l’hiver et qu’on vous donne une soupe c’est que du positif ! Pouvoir prendre une douche le samedi matin aussi !»